Minuta di lettera di Giulio Cesare Ferrari a “Chère Madame”

Bologna, [fine 1931]

Chère Madame,
Perdonnez moi si je ne vous ai pas encore remercié de toutes les amabilités que nous avons reçu de vous et du prof. Spielrein [1] pendant notre séjour à Moscou.
Je vous envoie une petite note d'impressions du Congrès que mon fils a rédigé pour ma Rivista et j'y unis quelques exemplaires d'un résumé que j'ai fait l'année passée a Washington de l'exposée des délégués russes au Congrès Intern. de l'Hygiène mentale [2].
Je suis en train de rédiger un mémoire sur mes impressions psychologiques personnelles en terre communiste, impressions très bonnes en général [3]. Car, vous avez été la personne officielle avec laquelle j'ai parlé le plus, tant que je vous avais proposé d'écrire un article à quatre mains (ce qui pourra toujours se faire à la plus prochaine occasion, ma Rivista, au nom(?) vous étant toujours ouverte), je vous prie donc de vouloir bien répondre aux questions suivantes (J'en aurais cent à vous adresser pour répondre à toutes les demandes que l'on nous fait).
Tout le monde est nourri au font(?) qu'il travaille. Le travailleur type est le travailleur manuel non qualifie. Combien reçoit-il par son travail par jour ou par mois?
Et la femme, si elle aussi fait un travail non spécialisé?
Et leurs enfants à quelle âge commencent-ils à travailler? et à pourvoir.
A quel jour de maladies l'Etat pourvoit à maintenir un ouvrier malade? Même par une maladie de 2-3 jours?
La personne qui fait le ménage dans votre maison (comment l'appelez à vous en traduction française) est payée par vous. Qui est qui fisse son salaire?
On m'a dit que la différence entre elle et ma servante en Italie est en cela que si votre servante veut, elle peut à n'importe quel moment se mettre à l'étude et devenir doctoresse, ingénieuse ou n'importe quoi, si elle en a le désir et les possibilités intellectuelles. Est-ce vrai? En quelle étendue? Par qui est-elle maintenue pendant ce temps? Qui surveille qu'elle ne passe elle pas ni le temps ni l'argent?
Encore: le travailleur qui fait un travail particulier ou particulièrement bien fait (ouvrier qualifié) ou le spécialiste…
 
[Lettera incompleta, manca ultima pagina]

[1] Lo psicotecnico Isaak Naftulovich Spielrein (Itshe-Meyer Shpilrayn, 1889/91-1937)  fratello della più celebre Sabine Spielrein, la psicoanalista russa curata ed amata da Carl Gustav Jung. In qualità di presidente del Comitato russo, Spielrein organizzò, insieme a Ferrari, Henri Piéron ed Edouard Claparède, la VII Conferenza Internazionale di Psicotecnica tenutasi a Mosca dall'8 al 13 settembre 1931. La «Rivista di psicologia» diede notizia dell'evento (1931, p. 151).
[2] Il primo Congresso di igiene mentale tenutosi a Washington dal 5 al 10 maggio 1930.
[3] Ferrari aveva già effettuato un primo viaggio in Russia nel 1920, dopo il quale aveva pubblicato l'articolo La grande riforma pedagogica dei bolscevichi, in «Rivista di psicologia», 1920, pp. 319-326. Dopo la VII Conferenza di Mosca pubblicò invece L'igiene mentale nella Russia di oggi, in «Rivista di psicologia», 1932, pp. 184-192.
back to top